7 août – De retour à Mörön, nous nous mettons en recherche du bout de tuyau qui risque de nous manquer pour faire le plein du camion à la maison d’eau locale. Trois militaires dont deux en retraite nous servent de guide dans la ville car nous ne savons pas où trouver une quincaillerie ni exprimer notre besoin (l’un d’eux parle un petit peu anglais). Ils circulent en Renault Clio, la première Renault que nous voyons en Mongolie.

La maison d’eau. Nous n’arriverons pas à nous raccorder à leur gros tuyau et passeront deux heures à remplir notre réservoir en pompant l’eau dans un bidon intermédiaire. Avec pas mal d’interruption pour laisser la place aux locaux !

Dans Mörön, il y a trois belles statues de lutteurs mongols qui représentent très bien leurs attitudes avant l’épreuve.

L’hôtel dans lequel nous avons déjeuner lors de notre premier passage à Mörön. Il porte le nom d’un point géodésique particulier situé à proximité sur la route vers le lac Khövsgöl.

Piste du retour vers Tsagaan Uul où le camion de Jean-Pierre attend ses pièces.

Coucher de soleil depuis notre bivouac, que nous connaissons bien puisque nous y étions déjà il y a quelques jours.

8 août – Le matin, mise à jour du blog !!!

Ensuite nous reprenons la route vers Tsagaan Uul. Nous croisons quelques troupeaux de moutons en mouvement

Petite vue sur le massif au pied duquel coule une belle rivière

Nous nous y arrêterons pour déjeuner et finir le rinçage de la lessive en cours (l’eau usagée sera bien sûr jetée loin de la rivière)

Un peu de repos dans ce site très agréable, tout comme la température de l’eau.

Nous reprenons la route et surprenons un vautour en train de dépecer un jeune veau

Un peu plus loin avant d’arriver à notre destination, quelques chameaux profitent des prairies

Nous arrivons tout juste pour l’apéro. Nous aurons une petite visite lors de celui-ci.

Nous pensions retrouver ce soir le deuxième camion de retour avec les pièces détachées, mais celui-ci a eu un problème de bris de lame de suspension et ne sera de retour que demain soir. A suivre donc …

Un commentaire
  1. Qui veut voyager loin soigne ses apéros !!!
    Henri BARDOIN, le mariage de l’anis étoilé, de ces plantes et de ces épices qui font la richesse et la saveur de la Provence..vous accompagne.
    La CLASSE…et je ne vous parle pas de l’environnement…
    SUPERBE.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.