Nous profitons de notre passage dans le Sud-Ouest pour aller saluer un ami qui m’a appris à piloter les hélicoptéres il y a longtemps et que je n’ai pas revu depuis 25 ans. Que de bons souvenirs…

Nous partons ensuite à la découverte de  la ville de Pau. C’est au XIIe siècle que les plus anciennes traces de la cité paloise apparaissent. Les seigneurs de Béarn y ont fait construire un château pour surveiller un gué stratégique sur le Gave.

La ville et son château prennent une nouvelle dimension comme siège des souverains de Navarre au XVIe siècle, devenant un centre politique et intellectuel de premier plan. L’histoire de Pau est durablement marquée par la naissance du futur Henri IV en 1553 dans le château royal.

La boulevard des Pyrénées d’où l’on peut apercevoir la chaîne des Pyrénées… d’où son nom😉 et le funiculaire (gratuit) qui assure la liaison entre la ville haute et la ville basse

Superbe vue sur les Pyrénées

L’église Saint-Martin : Une première église Saint-Martin fut construite entre 1468 et 1472 sur un emplacement situé en face du château de Pau.

Devenue trop exiguë et vétuste, l’église Saint-Martin fut reconstruite sur un autre emplacement.

L’église actuelle date de 1871.

A l’intérieur se trouve un magnifique ciborium. Le ciborium est une structure conçue généralement en métal, en pierre ou en bois, à quatre colonnes, et surmontée d’un dôme ou d’une coupole. Il est chargé de protéger dans certaines églises le maître-autel et le tabernacle ou bien encore un reliquaire.

Le plus réputé de ces baldaquins est probablement celui, de style baroque, de Saint-Pierre de Rome, réalisé par le Bernin au XVIIe siècle.

Le ciel est tellement noir qu’on a l’impression qu’il va nous tomber sur la tête 😉 !

Le château de Pau : La première mention connue du château de Pau remonte au XIIe siècle.

Dans la seconde moitié du XIVe siècle, le château de Pau est radicalement transformé par Gaston III, comte de Foix et vicomte de Béarn (1343-1391).
Ce personnage hors du commun est passé à la postérité sous la dénomination de “Gaston Fébus”, surnom qu’il s’était lui-même choisi, en référence à sa chevelure blonde. Gaston Fébus est l’un des acteurs essentiels d’une époque terrible, la guerre de Cent ans.

Et maintenant, voici une photo assez spéciale

La photographe photographiée… Il s’agit en fait d’une innovation paloise que nous n’avions jamais rencontrée à ce jour. Pour faciliter le travail des photographes en herbe, une plaque de fonte au sol permet de se positionner par rapport au cadre pour saisir le château sous son meilleur angle. Le cadre lui- même comporte sur toute sa périphérie une charte de gris complète pour pouvoir équilibrer parfaitement la balance des blancs. Elle n’est pas belle la vie 🙂

Pau en Automne 😉

Les magnifiques jardins du château

Par son mariage avec Eléonore de Navarre, Gaston IV permet aux comtes de Foix de ceindre une couronne royale : Leur petit-fils François Fébus deviendra roi de Navarre en 1480.

Par ailleurs, il favorise Pau comme capitale du Béarn et en 1512, lorsque Catherine de Navarre et son époux Jean d’Albret sont chassés de Pampelune et se replient sur leurs territoires français, c’est tout naturellement qu’ils y trouvent refuge. Devenu palais royal, le château de Pau perd sa vocation défensive et s’ouvre aux innovations architecturales de la Renaissance.

C’est dans cette fastueuse résidence que naîtra le futur Henri IV, le 13 décembre 1553. L’extraordinaire destinée de ce roi ne lui permettra pas de résider longuement dans son palais natal.

Par la suite, soucieux de se rattacher à son glorieux ancêtre Bourbon, Louis-Philippe Ier (1830-1848), roi des Français, décide d’entreprendre la complète restauration du palais de Pau. A partir de 1838, tous les corps de métiers s’activent pendant dix ans pour redonner son lustre au vieux château d’Henri IV.

Louis-Philippe n’a cependant pas le temps de venir à Pau et les travaux extérieurs restent inachevés lors de son départ en exil pour l’Angleterre après la Révolution de 1848.
L’empereur Napoléon III poursuivra la rénovation du château de Pau.

Après la chute du Second Empire en 1870, le château de Pau garde pendant quelques années sa vocation de demeure de prestige en devenant un palais national à l’usage des présidents de la nouvelle république.

C’est en 1929 que le château de Pau devient musée national.

La légende dit qu’Henri IV aurait dormi dans cette carapace de tortue transformée en berceau…

La visite de ce beau château est terminée.

Une autre innovation paloise : La rue des CV qui expose en grand format des CV synthétiques de quelques demandeurs d’emploi

Au moment du déjeuner, nous nous arrêtons à l’écart de Pau au bord du Gave de Pau et nous en profitons pour promener Tom.

Les journées précédentes ont dû être très mouillées car le niveau du Gave est très élevé et le courant est très fort.

Une échelle à poissons

On peut voir la force du courant

Les beaux paysages basques.

Et nous voilà arrivés à notre bivouac du soir à la ferme Agerria. Visite prévue demain matin.

2 Commentaires
    1. Merci pour ton message. La France est belle et grâce au Covid nous découvrons de beaux endroits

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.