Ce matin il fait très beau. Debout à l’aube, nous allons directement acheté nos billets pour prendre le téléphérique. Il y a déjà une petite queue mais cela va. Nous faison ensuite une bien plus longue queue pour  accéder à la benne (environ 45 minutes). Enfin, c’est à nous ! Mais, … le billet ne libére pas le tourniquet. Un employé intervient, regarde notre billet et nous précise que les 12:00 écrit dessus, ce n’est pas l’heure limite d’utilisation, mais l’heure à laquelle il faudra venir prendre la benne 🙄🥴😂

Nous allons patienter sur un banc au soleil en regardant la montagne, et à midi, c’est parti. (La couleur bleue de la photo est dûe au filtre de la vitre de la télécabine).

En montant, nous voyons le sentier emprunté la veille. Cela montait bien quand même.

On le voit ici sur la droite de la gorge.

On est arrivé au sommet du téléphérique (1800m) et la balade commence.

Fuente Dé possède un téléphérique d’une longueur de 1 840 m et d’un dénivelé de 753 m. Le trajet est très rapide et s’effectue en un peu plus de 3 minutes… plus, ce serait de la gourmandise 😜 !! La station supérieure s’appelle El Cable (« Le Câble »). Elle offre une vue plongeante sur la vallée de Fuente Dé appelée El Mirador del Cable (« Le mirador du câble »). Un ponton métallique muni d’une grille ajourée au sol a été installé au-dessus du vide de la falaise pour offrir aux visiteurs des sensations fortes… âmes sensibles s’abtenir, donc… je me suis abstenue 🤪 !

Petit à petit nous montons et le vert s’efface au bénéfice du gris.

Nous ne sommes pas très nombreux 😉

Après 2,5 heures de montée, nous arrivons au col (2350m) où nous déjeunerons.

Oui oui, Geneviève tire un peu la langue 🥵

Vues depuis le col

Le ciel commence à se couvrir alors nous décidons de ne pas rester trop longtemps au col.

Une petite cerveza au refuge Véronique avant d’entreprendre la descente ? L’invitation était tentante mais… non, ce sera pour une autre fois 😁.

Dans ce secteur, il y avait des mines depuis la préhistoire et l’époque romaine, mais cette activité se développera surtout à partir du milieu du XIXème siècle. De nombreuses ouvertures témoignent de cette activité passée. On y extraira : fer, manganèse, cuivre, nickel, cobalt, plomb, zinc,… bref région difficile d’accès mais riche en minéraux.

On voit encore des stériles par endroit.

La base des nuages est de plus en plus basse,  et ils sont de plus en plus nombreux !

Il est temps de redescendre.

A peine arrivés au camion, le vent se lève, la pluie se met à tomber et l’orage gronde…Brrrrr ! On pense à ceux qui sont dans la benne…

Nous finirons la soirée sans pouvoir mettre à jour notre blog, un éclair ayant fait sauter le relais télécom local ⛈⚡

4 Commentaires
  1. Belle montagne aride etvallée verdoyante. L’ocean n’etant pas tres loin, il apporte les précipitations pluvieuses favorables pour ces vallées.

    1. Cela fait de très beaux paysages caractéristiques également des reliefs sub-alpins 😊

  2. Quelle aventure ! Mais que c’est beau et ça valait le coup de se lever à l’aube…
    Le russe ça ne sert pas beaucoup en Espagne mes amis !! Bonne continuation.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.