Bon alors aujourd’hui, le programme était le suivant : lever pas trop tard, montée en camion aux lacs (17km), petit déjeuner, rando (2h30), redescente en camion au Sanctuaire de Covadonga et visite de celui-ci, puis cap vers l’ouest.

Dans la réalité, après avoir parcouru à peine 3 kilomètres depuis notre bivouac, une barrière, avec un agent qui nous explique que pour aller plus loin, il faut garer son véhicule (pas trop facile vu le monde ce dimanche) et acheter un billet de bus pour monter aux lacs. Mais franchement, se faire 14 kilomètres de route sinueuse au fond d’un bus de bon matin, cela a coupé notre élan (surtout que certains sont très sensibles au mal des transports 🥴).

Alors nous partons directement à la découverte du sanctuaire 😉 (en fait, nous apprendrons qu’il y a près des lacs une capacité de parking très limitée et que la barrière est fermée dès qu’il n’y a plus de place, et ce à 8h30 au plus tard, que la barrière est ouverte toute la nuit, mais qu’il est interdit de dormir dans l’enceinte du parc naturel… 🤨🙃🙄)

Sur le chemin du sanctuaire, un pont qui ne risque pas d’être emporté !

Comme le sanctuaire de Santo Thorino, le sanctuaire de la Vierge de Covadonga est un haut-lieu du christianisme en Espagne.

À la suite de l’invasion de l’Espagne en 711 par les arabes, la résistance s’est installée dans les montagnes reculées du nord de l’Espagne avec à leur tête un homme nommé Pelayo, ou Pélage.

Quand, en 722, le commandant arabe d’Espagne envoya une armée pour éliminer cette résistance, l’armée chrétienne se refugia dans de nombreuses grottes connues sous le nom de Covadonga. Le commandant maure est tombé dans la bataille et ses soldats ont pris la fuite. Cette victoire, considérée comme la première reconquête  des chrétiens d’Espagne sur les musulmans (Reconquista), a établi l’indépendance du Royaume des Asturies dans le nord-ouest de l’Espagne. C’est de cette victoire asturienne que l’on fait usuellement commencer la Reconquista, qui ne s’achèvera qu’en 1492, soit 770 ans plus tard.

Selon la tradition, Pelayo se retira dans une grotte où un ermite avait cachée une statue de la Vierge Marie afin de la sauver de la conquête musulmane. Il a prié la vierge pour la victoire.

Et en reconnaissance de cette intercession miraculeuse, le Roi Alfonso I le catholique (739-757) a ordonné la construction d’un monastère et d’une chapelle sur le site en l’honneur de Notre-Dame de Covadonga.

La Vierge de Covadonga est connue populairement sous le nom de la Santina. La statue originelle a été détruite dans un incendie. La statue actuelle date du XVIème siècle. Elle a été  couronnée canoniquement en 1918.

Sur ce lieu de pélérinage, on célébre aussi les vieilles autos sur le parvis de la basilique.

Fiat 500 ??? Non, Seat 600 !

Dans sa version course !

Sans oublier les françaises !

Après cette page d’histoire très intéressante, nous reprenons la route en direction, cette fois, de la mer.

Après les beaux paysages des Pics d’Europe, nous découvrons les ouvrages d’art espagnols 😜.

Enfin… la mer !!

Notre bivouac du soir, seuls face à l’océan 👌

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.