Petite balade aujourd’hui jusqu’à cet ancien site d’artillerie en bord de falaise du cap Espichel.

Falaises étonnamment feuilletées

Les falaises mesurent 135 m de haut

Peut-être un ancien système de pompage pour amener de l’eau dans les locaux ?

Le phare s’allume, on rentre 🙂

Cette seconde nuit sera à nouveau très calme, juste quelques rafales de vent pour nous rappeler que nous sommes à la pointe d’un cap 😜 !!

Avant de quitter ce bel endroit, nous allons visiter le sanctuaire Notre-Dame du Cap érigé au 17ème siècle. Une place immense et vide entourée de bâtiments à arcades abandonnés donne une atmosphère particulière au lieu.

Le phare où nous avons bivouaqué vu depuis le sanctuaire

Peu de temps après l’érection du lieu de culte, l’affluence des pèlerins était déjà telle que, dès 1432, des membres du clergé ont constituée une Confrérie de Notre-Dame du Cap. Celle-ci a veillé sur le Sanctuaire pendant des siècles et a demandé, puis obtenu, la construction de tous les édifices qui l’entourent : la Maison des Eaux, datée de 1770 et alimentée par un aqueduc ; l’église, dont la première pierre a été posée en 1701 et qui a ouvert ses portes au public en 1707 ; deux ailes destinées à l’hébergement des pèlerins, érigées en 1715 et agrandies entre 1745 et 1760 ; ainsi que l’opéra, achevé en 1770.

L’Ermitage de la Mémoire (que l’on aperçoit en blanc) est un élément central du Sanctuaire. Il surplombe la falaise sud du Cap, qui donne sur la Baie des Homardiers (Lagosteiros). Lieu où, selon la légende, serait apparu en 1410 une icône de la Vierge, qui serait à l’origine de la construction du Sanctuaire.

La Baie des Homardiers aujourd’hui

La maison des eaux a été construite sur l’ancien aqueduc romain. À la suite de l’invasion napoléonienne, la fréquentation du Sanctuaire a baissé. Les bâtiments ont été petit à petit abandonnés et murés.

Le culte de Notre-Dame du Cap Espichel, quant à lui, subsiste. On honore les saints patrons des villes d’Azoia, Palmela et Sesimbra au Sanctuaire, dont les fêtes tombent respectivement au mois de mars-avril et d’août-septembre. L’église ouvre ses portes aux public lors de ces fêtes religieuses.

Nous quittons ce “bout du monde” en direction d’Evora.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.