Aujourd’hui, nous allons visiter le château de Niasvij. Le premier château appartenant à la famille Radziwill a été construit sur cet emplacement en 1583. Depuis il a été reconstruit plusieurs fois d’où son aspect alliant architecture classique et militaire.

Pendant 500 ans le château a appartenu à la famille Radziwill malgré les vicissitudes de l’histoire. En 1812, un membre de la famille Radziwill intègre le corps de l’armée napoléonienne. Jérôme Bonaparte y sejourna quelques temps.

Après la défaite de l’armée napoléonienne, les propriétés des Radziwill sont mises sous séquestres en vue de leur expropriation. En 1860, la famille Radziwill est revenu dans son château jusqu’en 1939 et a procédé à de nombreux travaux.

Le château n’ a pratiquement pas souffert de la guerre. Il a été occupé par l’armée rouge.
À l’époque de L’URSS, un sanatorium y fut installé pour les employés du KGB, et puis fut ensuite placé sous la direction des kolkhoziens sous le nom de « sanatorium des kolkhoziens réunis. »
Après la disparition de l’URSS en 1990, le château entra dans le patrimoine du Ministère biélorusse de la culture. Les travaux de restauration entrepris ont permis le classement de l’ensemble dans la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO dès 2005. L’inauguration officielle a eu lieu durant l’été 2012.

C’est un très bel endroit avec un joli parc et un beau plan d’eau.

Nous avons goûté la cuisine biélorusse qui est tres bonne, en particulier les dranikis. Ce sont des galettes de pommes de terre accompagnées d’une viande en sauce très goûteuse…On adore 😋 !

Et c’est reparti pour la visite…requinqué !!!

La campagne biélorusse est très belle en cette saison de fenaison.

Notre bivouac du soir en pleine campagne. En nous promenant avec Tom nous avons aperçu 2 chevreuils.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.