Situé à 2 642 mètres d’altitude, le col du Galibier est le cinquième plus haut col routier des Alpes françaises, après le col de l’Iseran (2 764 mètres), le col Agnel (2 744 mètres), le col de la Bonette (2 715 mètres) et le col de Restefond (2 680 mètres). La route du Galibier a été construite à partir de 1880. Les travaux se sont achevés en 1891.

Ce monument à la gloire d’Henri Desgrange, le père du Tour de France, a été érigé en 1949, au sommet du col du Galibier, à hauteur du tunnel. Jusqu’en 1978, le peloton passait sous le tunnel à 2556 m d’altitude. Les coureurs montaient 1 kilomètre en moins qu’actuellement. Depuis 1947, il y a eu 35 ascensions du col du Galibier dans le Tour de France. La dernière ascension remonte à 2019. Nous sommes arrivés par le col du Lautaret, versant sud, soit 23 km à 5,1 % et pour finir 8,52 km à 6,9 %. En camion, c’est impressionnant car la route est sinueuse, étroite et vertigineuse, mais quel exploit pour les cyclistes qui arrivent au sommet !!

Notre sympathique bivouac près du col face à la vallée.

Ce matin nous allons faire une petite marche.

Une mission scientifique est en cours.

Pose des pièges dispersés sur ce versant.

Nous poursuivons notre balade.

Le col en lui-même est interdit aux plus de 3,5 tonnes. Heureusement, il est doublé par un tunnel percé sous le col en 1891 une centaine de mètres plus bas. Nous l’empruntons avec précaution (4,1 m de haut, très arrondi et étroit) pour poursuivre vers le col du Télégraphe.

La descente est absolument magnifique.

Nous croisons de nombreux cyclistes, dont certains visiblement exténués et on le comprend, et parfois avec des machines inusuelles.

Belle spécialité locale mais pas pour tout le monde 😜🤣

Vente de la production locale 😋 (17,30 euros le kg)… à admirer de loin 🤪

Et nous voilà enfin dans la vallée mais pas pour longtemps. Nous nous dirigeons vers le col du Télégraphe.

Nous arrivons au col du Télégraphe qui sera notre bivouac de ce midi, mais aussi de ce soir car… c’est trop beau !

La vue est superbe !!

Vue sur la station de Valmeinier

Nous partons en balade vers le fort du Télégraphe.

Malheureusement le fort est fermé aussi, nous nous contenterons d’en faire le tour.

Petit test d’équilibre avant de quitter le site… réussi 😄 !

Je ne me pencherai pas plus 🤪…

Passage d’un aigle, assez haut malheureusement.

Nous poursuivons notre balade vers la petite chapelle Notre Dame de la Vie

Le chemin est très coloré, bordé de très jolies fleurs. C’est un véritable plaisir pour les yeux.

Nous arrivons à la chapelle Notre-Dame de la Vie.

Valloire au fond de la vallée

Nous reprenons le chemin du retour.

Joli coucher de soleil sur notre bivouac.

2 Commentaires
  1. Absolument magnifique tant en paysage qu’en flore.
    Une partie de ma jeunesse ou je passais mes vacances à St Jean de Maurienne.
    Ça remonte..ça remonte !!

    1. Ce fut pour nous une très belle découverte. On y retournera en vélo 😜… je plaisante 🤣🤣 !!

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.