Ce matin, nous allons à la Torre del Oro. La Torre del Oro est une tour d’observation construite au début du 13ème siècle durant la domination almohade afin de contrôler l’accès à la ville depuis le Guadalquivir. Elle faisait partie des fortifications érigées autour du centre historique de la ville et de l’Alcazar par les Almoravides et les Almohades entre les 11ème et 13ème siècles.

Il est possible d’accéder au sommet de la tour

Elle abrite depuis le 24 juin 1944 un musée maritime qui possède sur 633 m2 une collection de gravures, de photos, de lettres, de modèles réduits, d’instruments de navigation et de documents historiques. Quatre cents pièces proviennent du Museo Naval de Madrid. Le musée souligne l’importance de l’histoire navale de Séville et l’importance de la rivière pour la ville.

Ce tableau représente Juan Sebastian de Elcano à son retour à Séville en 1522. Il a réalisé la première circum navigation du globe de 1519 à 1522.    Il a confirmé que la terre était ronde et non plate comme on le pensait beaucoup à l’époque. Cette découverte a aussi permis de comprendre que notre planète était beaucoup plus vaste qu’on ne l’aurait imaginé. C’était le début de la mondialisation 😁

L’Amérique du Sud telle qu’on se la représentait au 18ème siècle suite aux diverses expéditions,

Nous poursuivons avec les Arènes de la Real Maestranza de Caballería de Séville qui sont les arènes de Séville. Bâties entre le 18ème et le 19ème siècle, elles sont la propriété de l’institution militaire laïque qui lui a donné son nom, la Real Maestranza de Caballería.

En 1730, le roi Philippe V d’Espagne, protecteur de la corporation de la Real Maestranza octroie à celle-ci le privilège d’organiser des corridas de toros. L’institution décide alors de faire bâtir sa propre arène à Séville, dans le quartier de El Arenal. Des corridas y sont toujours organisées.

Nous visitons les bâtiments

Il est impressionnant mais… inoffensif 😜 !!

Un joli musée sur la taureaumachie présente le rituel, les équipements utilisés ainsi que les costumes de cérémonie. Les taureaux ainsi que les têtes de taureaux naturalisés sont les “reliques” de héros de corrida. C’est une façon de reconnaître leur puissance et leur courage.

La chapelle où viennent se recueillir les toreros avant d’entrer dans l’arène

L’entrée de l’arène où se concentrent toutes les émotions

La structure interne des arènes est configurée par trois anneaux concentriques enroulés autour de la piste, elle aussi irrégulière. Le premier de ces anneaux comprend les gradins inférieurs non couverts (tendinos). Le second anneau comprend les gradins supérieurs couverts, sous lesquels se trouve la galerie d’accès aux tendidos. Enfin, un troisième anneau renferme les différents services des arènes : les cours où sont gardés les taureaux (corrales), la boucherie, l’infirmerie… C’est ce troisième anneau qui est partiellement surmonté d’une terrasse ornée d’une galerie à arcades permettant l’accès à certains secteurs des gradins supérieurs. Les arènes peuvent accueillir 12000 personnes.

L’entrée des taureaux

Le Balcon du Prince fut bâti en 1765, en l’honneur du premier Frère majeur de la corporation de la Real Maestranza issu de la famille royale, l’infant Philippe.

Les gradins

Nous allons ensuite au musée des beaux-arts de Séville qui se trouve dans l’ancien Couvent de la Merced Calzada. Le Musée des Beaux-Arts de Séville est, en termes d’importance, la deuxième pinacothèque d’Espagne derrière le Musée du Prado de Madrid. Parmi les artistes les plus remarquables qui y sont exposés se trouvent notamment Zurbarán, Goya, Le Greco, Juan de Valdés Leal, Murillo et… Picasso.

Nous entrons par un joli patio

Nous déambulons de salle en salle sous le charme de toutes ces oeuvres

Et quelquefois, un clin d’œil à Picasso vient se glisser de façon insolite au milieu de ces tableaux

Cette peinture de Giambatista Ruoppolo nous a séduits par la finesse du détail

Juste… magnifique !!

Trois Saintes réalisées par Taller de Zurbáran. La représentation du drappé et du tombé de la robe est sublime. On croirait presque une photographie tant le détail est précis.

Flânerie nocturne entre 2 averses avant de regagner notre camping

Un commentaire
Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.