2 juin : Twillingate
5 juin : Bonavista

177268 km : Nous quittons notre bivouac sous la pluie.

Le paysage est toujours aussi beau malgré la grisaille et le brouillard… cela nous console 😉 !

Une réglementation routière canadienne que l’on trouve très intéressante : lorsque les véhicules roulent à moins de 70 km/h sur les routes où la vitesse est limitée à 80 km/h ou plus, les chauffeurs doivent mettre les feux de détresse afin d’en informer les autres conducteurs.  Cela évite, par manque de vigilance, de percuter l’arrière du camion 😜 !

Et toujours le brouillard 🤪 !

Nous voilà arrivés devant l’entrée du centre des visiteurs du parc national de Terra-Nova. Le parc a été créé en 1957. Il a une superficie de 400 km2. Ici, les abeilles sont bichonnées 👍 !

Comme le temps n’est pas terrible, nous décidons de faire la petite balade côtière qui démarre du parking. Finalement, notre escapade sera de courte durée car la pluie viendra perturbée nos plans.

Un dernier regard sur le paysage,

La flore et…

la faune qui nous entourent avant de reprendre la route, avec une jolie petite sterne arctique (100 grammes environ) 😊. Pour information, la sterne arctique est l’animal qui fait la plus grande migration régulière, connue à ce jour, au monde. Elle est témoin de deux étés chaque année, puisqu’elle effectue un aller-retour à partir de ses aires de reproduction dans le nord, jusqu’aux océans près de l’Antarctique où elle hiverne, ce qui représente un trajet pouvant atteindre couramment 70 000 km 😯. La sterne arctique vole de ce fait huit mois par an.

Nous bivouaquons dans un bel et surprenant endroit. Il s’agit d’un ancien port de pêche à l’abandon.

Dans ce lieu complètement improbable, nous ferons la connaissance de Lloyd et Christie qui nous ont gentiment invités à prendre l’apéritif chez eux. Invitation que nous avons acceptée avec grand plaisir car les rencontres enrichissent le voyage 🤩 !

Lloyd et Christie vivent dans ce village de 18 âmes. Il est pêcheur de homards, de crabes, de moules et de morue. Il travaille avec ses deux fils. Nous passerons un moment très agréable ensemble.

Nous partagerons nos boissons locales… le rhum « newfie » 😜 et nous leur ferons goûter le pastis Bardouin… qui n’a pas l’air de ravir les papilles de Christie. Lloyd préfère rester au whisky.

Après cette excellente soirée, Christie propose de nous reconduire dans nos pénates car il pleut toujours… Lloyd est parti se coucher car demain, il se lève à 4 heures pour partir à la pêche.

Nous avons proposé à Christie de venir partager un café avec nous avant notre départ le lendemain matin. Nous passons encore un bon moment ensemble. Elle nous conseille d’aller visiter une arche qui se trouve à quelques kilomètres de chez eux. La visite débute sous une douce bruine…

L’endroit est très beau.

La visite se terminera sous une pluie tonique 🤣 !

Nous reprenons la route en direction de Bonavista… toujours accompagnés par la pluie 😱 !

A l’entrée de Bonavista, nous nous arrêtons pour visiter le musée « Ryan Premises National Historic Site ». Ce lieu commémore la riche histoire de la pêche à la morue et de la chasse aux phoques à Terre-Neuve. Durant près de 500 ans la pêche à la morue a largement structuré la vie et le développement de Terre-Neuve.

Ryan Premises était l’une des plus grandes entreprises commerciales de poisson salé de Terre-Neuve. Créée en 1869 par James Ryan, l’entreprise achetait de la morue sèche et salée aux pêcheurs, vendait des provisions et du matériel souvent sous forme de troc avec les pêcheurs, et exportait de la morue vers l’Italie, l’Espagne, le Portugal et les Antilles.

Le marché de la pêche à la morue a évolué au fil du temps. La congélation a supplanté le salage en tant que méthode de conservation de la morue et la pêche s’est de plus en plus concentrée sur les grands navires hauturiers plutôt que sur la petite pêche côtière. En 1968, le volume des prises explose, atteignant même 800 000 tonnes pour la région Terre-Neuve et près de 1 800 000 tonnes pour l’ensemble de la zone atlantique nord-ouest. Les volumes de pêches s’effondrent dans les années 1970 entrainant la fermeture de l’entreprise en 1978.

Face à la diminution catastrophique de l’espèce, le gouvernement canadien n’aura d’autre choix que d’imposer un moratoire presque total sur la pêche de la morue en 1992. Le moratoire mettra fin, en 1995, à l’industrie de la pêche à la morue de Terre-Neuve.

L’effondrement de la pêche à la morue provoqua de profonds changements économiques et socio-culturels à Terre-Neuve entraînant la disparition d’un très grand nombre d’emplois.

Les anciens locaux de l’entreprise ont été transformés en 1997 en musée. Le musée est très didactique et très bien aménagé.

Nous avions prévu de nous promener dans la ville qui semble très sympathique mais il pleut énormément, il y a beaucoup de vent et il fait très froid 🤪 ! Ce sera peut-être pour demain… la météo ne  prévoit pas de pluie. On y croit, on y croit🤞 !

En attendant nous partons en direction du phare de Bonavista pour y passer la nuit. La vue est magnifique 😜🤣 !

Demain étant un autre jour, nous espérons que le brouillard se lèvera un peu pour nous permettre d’apprécier le phare et la vue.


En savoir plus sur Home 4x4

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

2 juin : Twillingate
5 juin : Bonavista

4 Commentaires

  1. JC 07/06/2024 à 20h05- Répondre

    Nous 24°😄
    Bises

    • Marc et Geneviève 08/06/2024 à 2h12- Répondre

      Ça s’ameliore. On est passé de 7 à 14 degrés 😜 ! Bises

  2. Guy 06/06/2024 à 20h37- Répondre

    Il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que de mauvais vêtements…les ambiances sont magnifiques…

    • Marc et Geneviève 07/06/2024 à 13h25- Répondre

      Idem pour les chaussures 😉👍🤣🤣

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


En savoir plus sur Home 4x4

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.