Tom est prêt à prendre la route !

La bataille de Verdun s’inscrit dans un conflit dont les dimensions stupéfièrent les contemporains. C’est bien “la Grande guerre ” : jamais encore autant de pays n’avaient été engagés dans une guerre.

A Verdun, en février 1916, l’Allemagne prend l’offensive et tente de remettre la guerre en mouvement vers l’ouest.

L’artillerie allemande déclenche un déluge d’obus le 21 février 1916. Il marque le début de la ” bataille de Verdun”, une bataille de 300 jours. Pendant 10 mois, les troupes allemandes et françaises s’affrontent sur un front qui ne dépasse jamais 35 km. Environ 60 millions d’obus tombent sur la région de Verdun en 1916.

Direction : L’ossuaire de Douaumont

Les restes de 130 000 soldats francais et allemands sont conservés et visibles dans ce monument et témoignent de la violence des combats. La nécropole nationale de Douaumont rassemble 16 142 tombes de soldats français

dont un carré de 592 stèles de soldats musulmans.

Nous poursuivons avec la visite du fort de Douaumont. Il est situé sur le sommet d’une colline, à 395 mètres d’altitude, au sud-est du village de Douaumont (aujourd’hui rasé). Cette position permettait à l’artillerie de tirer tout azimuth.

Le fort permettait de loger théoriquement 800 hommes environ mais en 1916, il y en eut parfois jusqu’à 3 000 voire 3 500.

La tourelle de 155 mm dite à éclipse grâce à un système de contrepoids de 37 tonnes. Entre chaque tir, elle était donc entièrement dissimulée.

Le boyau de Londres est un corridor perpendiculaire au front et permet de rejoindre une des innombrables tranchées qui sillonnent l’immense champ de bataille.

au travers de la forêt meusienne

Il était emprunté pour les relèves de régiments, les ravitaillements en vivres et munitions, l’acheminement des matériaux nécessaires à l’aménagement et à la réparation des tranchées et abris. Les agents de liaison les empruntaient aussi pour porter les ordres écrits

bien touchée par le scolyte

Une casemate dépendante du fort a reçu un obus de gros calibre et s’est affaissée en son milieu

malgré une construction en feuille de béton bien visible. Il faut préciser que la bataille de Verdun fût surtout une bataille d’artillerie et que les obus pouvaient atteindre 400 mm de diamètre et une tonne …

Visite très intéressante du Mémorial de Verdun, récemment rénové et agrandi. Celle-ci nous a permis de resituer la bataille de Verdun dans la Guerre de 14-18.

Nous poursuivrons avec la visite du Fort de Vaux qui a bien souffert également

Sur les hauteur de Verdun, environ 163 000 soldats français et 143 000 soldats Allemands sont tombés. Si l’on imaginait ces hommes, couchés à terre, serrés les uns contre les autres, ils s’étendraient en une file ininterrompue de 215 km, soit la distance entre Paris et Verdun

Quelques éléments chiffrés pour conclure cette visite émouvante et très intéressante

L’armistice est signé le 11 novembre 1918. Il clôt 52 mois de combat en Meuse.

Un commentaire
  1. Salut à vous deux,
    Nous rentrons de notre balade journalière dans la forêt des Landes. Il fait très beau et la température est très agréable. Malheureusement, Nous restons près de la maison car le Covid vieille. les grandes sorties seront pour l’année prochaine.
    Merci pour votre balade du côté de Verdun. Il faudra que nous aussi nous visitions cette région, car j’ai deux grand-père qui ont combattus.
    Bonne soirée et à un de ces jours sur Skype ou autre
    Jean-Marie et Simone

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.