En quittant La Ciotat nous prenons la direction des Saintes Maries de la Mer. Juste avant, une nouvelle étape France Passion : La manade des Baumelles. La manade des Baumelles est un élevage de taureaux de Camargue, fondée en 1985.

Nous nous inscrivons pour la découverte guidée des activités de cette manade. Ce soir, nous dînons au restaurant de celle-ci, réputé pour sa cuisine à base de viande de taureau. Nous nous sommes régalés pour ce premier restaurant depuis 8 mois 😊.

Ce matin nous partons en tracteur à la découverte de la manade, en compagnie de jeunes retraités, comme nous 😉.

Guillaume, le manadier et fils du fondateur de la manade, assure la présentation d’une très bonne qualité.

Les taureaux arrivent et vont être regroupés dans un grand enclos rectangulaire dont l’un des côtés est ouvert pour communiquer avec l’enclos adjacent. C’est un beau spectacle, tous ces taureaux qui traversent une étendue d’eau entourés des guardians.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le taureau camarguais est très craintif.

Le travail des guardiens va consister à les faire sortir un par un. Lorsqu’un taureau est choisi, le travail doit être mené à son terme et il est exclu de changer de taureau, même si celui-ci refuse de sortir.

Les guardians sont au nombre de 5 pour assurer la sélection.

Tous ces jeunes taureaux sont entraînés pour plus tard participer à des courses camarguaises. A la différence des corridas, il n’y a pas de mise à mort des taureaux. Le but de ces courses est de permettre à des raseteurs professionnels de récupérer à l’aide d’une sorte de griffe, glands, ficelles et cocarde fixés sur les cornes du taureau, attributs primés en fonction de leur accessibilité, et du taureau qui les porte !!!

Nous allons ensuite voir un autre parc avec des taureaux plus âgés prêts à livrer bataille. Il n’y a que des mâles, les courses de vaches ne représentant que 30% du total des courses et les dotations étant moins importantes.

Tous les mâles sont castrés pour tempérer leurs humeurs et assurer la sécurité du cheptel sauf deux en charge de la reproduction (un cette année, l’autre l’année prochaine). Un seul étalon est donc utilisé chaque année (pour inséminer naturellement environ 20 vaches) et à l’issue des services rendus, il sera castré et remis dans le circuit des courses. Tous les taureaux portent une identification qui permet de reconstituer leur arbre généalogique intégral.

La présentation prend fin autour d’un apéritif convivial. Nous avons appris énormément de choses sur l’élevage des taureaux de courses camarguaises grâce à la passion de l’intervenant pour son métier de manadier.

En fin d’après-midi, nous décidons de partir à la découverte de la faune avicole locale. Aucun échassier, aucun flamant rose mais nous ne rentrerons tout de même pas bredouille…

Une échasse blanche

Insolite… un cheval camarguais broutant au milieu d’une étendue d’eau

Nous passerons une seconde nuit sur le parking de la manade. La température a bien baissé… ouf 😊 !

2 Commentaires
  1. Coucou,

    Un p’tit bonheur de voir les superbes photos et les commentaires qui les accompagnent…
    Un air de vacances pour nous aussi par la même occasion.

    Chaleur estivale aussi à Nancy.
    Direction Épinal avec “nos montures 2 roues” et camping ce soir!

    Bonne continuation.
    Sylvie et Jean Luc

    1. Merci pour votre sympathique message et bonne balade à vélo. Aujourd’hui, nous ferons soft car il fait trop chaud. La région est placée en alerte orange canicule 😰 !!

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.