Voilà, nous venons de quitter le Portugal. Ce fut une belle découverte. Malgré sa petite superficie de 88.889 km2 (avec 218 kms de largeur, 561 kms de longueur, 832 kms de côte atlantique et 1.215 kms de frontière terrestre avec l’Espagne), le Portugal est un pays riche d’histoire.

Les Romains, les Maures, leurs découvertes du monde grâce à leurs célèbres explorateurs comme Vasco de Gama ou Alfonso de Albuberque, ont laissé au Portugal un patrimoine culturel d’une richesse incroyable !

Nous avons aimé découvrir les beaux paysages du parc national de Peneda Gerês, de la vallée du Douro, de la Serra da Estrella, de l’Alentejo, de l’Algarve, avec un accueil très chaleureux tout au long de notre périple. Et la cuisine portugaise si délicieuse qui peut vous faire prendre 10 kg sans vous en rendre compte 😜… Bref, nous avons tout aimé !!! Nous garderons un très bon souvenir de ce voyage.

Nous prenons maintenant la direction de Séville où nous nous poserons sur le parking du port. Pour nous rendre au centre-ville, nous prenons le bus qui est direct. Le trajet dure 20mn. Top👍

Seville est la 4ème ville d’Espagne et la capitale de l’Andalousie. Elle a été sous domination musulmane de 711  à 1212. A la suite de la Bataille de Las Navas de Tolosa,  la ville finit par être conquise par Ferdinand III de Castille, lors du siège de Séville après 18 mois de siège et d’offensives tant terrestres que fluviales. Ce long passé musulman laissera des traces magnifiques dans l’architecture de la ville.

En descendant du bus, l’hôtel Marriott Alfonso XIII nous plonge déjà dans l’ambiance de Séville avec sa belle façade andalouse.

Nous arrivons sur la Plaza del Triunfo qui nous permet de découvrir la  cathédrale de Séville et la Giralda. Nous ne les visiterons que demain car aujourd’hui, direction le palais royal Alcazar.

L’Alcazar de Séville (en espagnol : Real Alcázar de Sevilla) est un palais fortifié (alcazar) construit à Séville par les Omeyyades d’Espagne à partir de 844 sous le règne de l’émir Abd al-Rahman II, et modifié à plusieurs reprises pendant et après la période musulmane. Il est considéré comme l’exemple le plus brillant de l’architecture mudéjar sur la péninsule Ibérique. La famille royale d’Espagne utilisait encore récemment l’étage que l’on ne pourra pas visiter.

L’entrée du palais par la porte du Lion.

Nous arrivons dans le patio de la Monteria. Il doit son nom aux veneurs (« monteros »), qui accompagnaient le roi dans ses parties de chasse. On découvre en face de nous la façade du palais mudéjar du roi Pierre Ier. Sur la droite, la façade est en double galerie d’arcades, à baies ouvertes au rez-de chaussée et vitrées à l’étage. C’est de là qu’on accède au salon de l’Amiral et à l’escalier qui mène au Haut Palais. En quittant la cour par la gauche, on parvient à la cour de la Croisée (patio del Crucero) puis au palais Gothique.

Les plafonds, tous différents, sont de remarquables témoignages de l’époque almohade.

Le salon des ambassadeurs avec sa magnifique coupole de cèdre du 15ème siècle.

La Cour des Demoiselles (patio de las Doncellas) : Le nom de ce patio fait référence à la légende selon laquelle les Maures exigeaient 100 jeunes filles vierges par an comme hommage de la part des royaumes chrétiens de la péninsule ibérique.

Nous déambulons dans les magnifiques pièces du palais.

Et nous ne sommes pas seuls…

Détails du volet. Les couleurs sont chatoyantes.

Détails des murs mariant les styles

Dans les renfoncements de portes, on positionne les azulejos en désordre… Cela n’a pas d’importance puisque ça ne se voit guère 😉

Les tapisseries exposées datent du 18ème siècle et ont été réalisées à la manufacture royale de tapisserie de Madrid. Sur celle ci-dessous, vous reconnaîtrez aisément l’Europe du sud et l’Afrique du nord 😉…

Les jardins du palais constituent une partie fondamentale de l’Alcazar et ont connu divers réaménagements stylistiques — arabes, Renaissance, puis modernes — depuis leur tracé primitif. Oasis de fraîcheur et de calme au centre de la ville, ils sont disposés en terrasses agrémentées d’une végétation verdoyante, d’une multitude d’orangers et de palmiers, et d’innombrables fontaines et pavillons.

Le bassin de Mercure bordé par la galerie du Grotesque érigée à partir d’un ancien pan de muraille almohade date du 17ème siècle.

Noys quittons ensuite le palais pour nous rendre place d’Espagne (en espagnol : Plaza de España). Elle est une des places les plus spectaculaires de Séville. Elle a été conçue pour l’Exposition ibéro-américaine de 1929. Mille hommes ont participé à sa construction. Initiée en 1914, elle s’est achevée en 1928. C’est la construction la plus coûteuse de l’exposition.

La place forme un demi ovale dont le plus long diamètre mesure 200 m. Symbolisant, par sa forme, l’Espagne accueillant à bras ouverts ses anciennes colonies, elle regarde dans la direction du Guadalquivir, ce dernier représentant le chemin vers l’océan Atlantique et l’Amérique.

Il est possible de faire une petite balade en barque à rames sur le canal qui suit l’architecture.

Sur la place 58 bancs sont logés dans des niches décorées d’azulejos illustrant des épisodes historiques de chaque province d’Espagne.

Nous avons assisté par hasard à un spectacle de flamenco. L’endroit s’y prête à merveille !!

Sur le chemin du retour, nous traversons le parc Maria Luisa avec ses palmiers qui semblent nous regarder 😉

Nous passons devant le musée d’Archéologie

Et le Musée des Arts et Traditions populaires

Le Guadalquivir, avec ses 657 km de long, est le 5ème fleuve d’Espagne. Nous le traversons pour rejoindre notre arrêt de bus et rentrer au camion.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.