28 et 29 juin : Le village historique acadien
2 et 3 juillet : La Gaspésie (2/3)

181088 km : Avant de quitter notre bivouac, nous allons faire un petit tour sur le port.

Nous croyons assister au transport d’un bateau de pêche mais il n’en est rien. La pêche aux homards au Canada ne dure que 2 mois par an  (de début mai à fin juin)… Aujourd’hui, 1er juillet, c’est le jour officiel de la clôture de la pêche aux homards (il peut y avoir quelques jours de décalage en fonction des régions qui commencent en retard à cause des glaces). On vous rassure… on peut continuer à manger du homard en dehors de ces périodes car il existe maintenant des pouponnières à homards 😜 !  

Mais revenons à notre bateau 😁 ! Durant la période de pêche, les hélices des bateaux sont protégées par des grillages afin d’éviter que les cordages de pêches ne s’enroulent autour. L’opération d’aujourd’hui consiste à libérer les hélices de cette grille (visible au sol sur la droite du bateau) pour gagner en vitesse.

Une fois l’opération réalisée, il convient de remettre le bateau à l’eau. C’est globalement une opération très rapide mais qui nécessite tout de même la présence d’une remorque tirée par un poids-lourd pour le mettre hors d’eau. Là, le sympathique chauffeur du camion, qui nous donnera quelques tuyaux pour notre parcours, vient de détacher le bateau. Une petite marche arrière avec un arrêt brutal fera ensuite glisser le bateau dans l’eau en une fraction de seconde (et donc pas de photo 😭) pour terminer l’opération.

Et voilà, le bateau de pêche est prêt pour les vacances estivales (pêche au gros, promenade de touristes…).

Après ce moment culturel très interessant, nous partons en directions de Campbellton. Nous voulons absolument manger une vraie poutine canadienne. En faisant des recherches sur Google, nous avons découvert que le « Café chez Wes » à Campbellton venait d’être primé en 2024 pour sa poutine. Comme le restaurant était sur notre route, nous avons décidé d’y faire notre pause-dejeuner.

La poutine fait son apparition au Québec dans les « casse-croûtes » ruraux des années 1950. La poutine est un plat à base de frites agrémentées de fromage en grains et de sauce… ce n’est pas ce qu’il y a de plus léger 🤣 ! Ce restaurant propose également des poutines sans fromage… On se lance dans l’aventure 😜 ! Après cette 2ème expérience (et oui, il y en a eu une précédente décevante 😳), notre verdict est définitif sur la poutine… Nous n’en mangerons plus !! Trop gras, mais surtout c’est très fade… aucune saveur ! Nous nous réserverons pour d’autres mets plus goûteux comme leurs bonnes soupes, tous les plats de poisson et autres spécialités canadiennes 😁 ! Notre découverte culinaire du Canada n’est pas finie 😇 !

En sortant du restaurant… prêts pour la sieste 🤣, nous voyons plein de personnes stationnées le long de la rue principale, assises sur des fauteuils pliants ou dans les coffres des voitures… Curieux, nous demandons quelle est l’origine de cet attroupement. Il s’agit du défilé du Festival du Saumon. C’est l’un des festivals communautaires les plus anciens du Nouveau-Brunswick, une célébration festive du riche patrimoine de pêche de la région et de son célèbre saumon de l’Atlantique. Nous n’assiterons qu’au défilé où se mêlent distributeurs de gourmandises et musiciens. Sur le front de mer, il y a aussi plein de manèges.

Nous reprenons la route et nous voilà en Gaspésie. Le paysage est plus montagneux.

Nous nous dirigeons vers le Parc National de Miguasha. Le parc a été créé en 1985. Il a été reconnu, en 1999, site naturel du Patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un site paléontologique remarquable, considéré comme la meilleure illustration de la période du dévonien ou « âge des poissons ». Datant de 370 millions d’années, les falaises d’Escuminac renferment cinq des six groupes de poissons fossiles associés à cette période.

L’importance de ce site tient au fait qu’on y trouve la plus grande concentration de spécimens fossiles de poissons à nageoires charnues – en état exceptionnel de conservation – qui sont les ancêtres des premiers vertébrés terrestres respirant de l’air : les tétrapodes.

Le premier fossile a été découvert en 1842. Depuis 1880, des milliers de spécimens ont été récoltés dans la falaise de Miguasha.

Pour son témoignage sur la vie vertébrée et son illustration de « l’âge des poissons » du Dévonien, le Parc national de Miguasha est le site fossilifère le plus exceptionnel du monde.

Voici Elpi (Elpistostege Watsoni ), le roi de Miguasha, découvert dans la Baie des Chaleurs en 2013. Il s’agirait de notre plus proche parent à nageoires. C’est un fossile de 1,6 m de longueur, soit le plus grand spécimen jamais découvert sur le site de Miguasha.

Et le voici reconstitué. Les 4 nageoires sont presque des pattes.

D’autres très beaux fossiles sont également présentés.

Nous allons ensuite nous promener sur la plage, lieu de toutes ces découvertes.

C’est assez impressionnant de se dire que ces roches, qui nous entourent, renferment les origines de notre « Histoire » terrestre !

Après cette visite très enrichissante sur l’évolution des vertèbrés et de la vie sur terre, nous repartons. La mer doit être bien démontée à certains moments pour déposer autant de débris d’arbres sur les berges ! Il y en sur des kilomètres 🤪 !

Petit bivouac à la ferme, ce soir. La ferme Bourdages propose un accueil comme France-Passion, pour ceux qui connaissent 😊.

181296 km : Ce matin, nous allons prendre le petit déjeuner à la ferme et nous en profitons pour faire quelques emplettes 😜.

Avant de quitter cet endroit très agréable et très accueillant, nous en profitons pour faire les petites vidanges d’eaux grises et noires 😊.

Nous partons ensuite visiter Bonaventure. La ville a été fondée en 1760 par des réfugiés Acadiens. Nous nous garons à côté de la boulangerie La Pétrie, tenue par des toulousains. Nous en profitons pour acheter des baguettes de pain et quelques viennoiseries bien françaises 😜 !

Après la visite du Musée Acadien du Québec à Bonaventure, nous allons visiter la jolie église Saint Bonaventure. Elle date de 1860.

A l’intérieur sont exposée des maquettes d’églises de la région. Beau travail !!

La lumière bleue du vitrail se reflète sur le banc dont le vernis est impeccable 🤩

Nous allons ensuite au bord de la rivière Bonaventure. La limpidité de son eau en fait l’une des belles rivières à saumon atlantique et omble de fontaine du Québec. On peut aussi descendre la rivière en canoë ou en kayak. 

En plein été, cela doit bouchonner sur la rivière quand on voit tous ces canoës en attente 😜 !

Nous nous dirigeons vers le belvédère du Boisé le Malin d’où, parait-il, nous pourrons admirer la rivière Bonaventure et les pêcheurs. Malheureusement, les arbres ont bien poussé… nous pourrons juste apercevoir un méandre de la rivière.

Nous étions tellement bien à la ferme Bourdages que nous décidons d’y retourner pour y passer une 2ème nuit.


En savoir plus sur Home 4x4

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

28 et 29 juin : Le village historique acadien
2 et 3 juillet : La Gaspésie (2/3)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


En savoir plus sur Home 4x4

Subscribe to get the latest posts sent to your email.